Traitement contre les insectes xylophages

Au sein d’une maison, l’entretien est une clé de voûte pour garantir le confort et la sécurité des habitants. Au-delà des entretiens dits « classiques » relatifs aux menuiseries (portes, fenêtres,…), celui de la charpente est parfois négligé alors qu’il s’agit, selon nous, de la principale source de dégradation.

En effet, au-delà de son importance qui permet aux habitants d’être à l’abri des agressions extérieures (vent, pluie, soleil, neige,…), la charpente joue un rôle-clé en guise d’isolation, et surtout, de structure. Sans une charpente en bois en bonne santé, les murs comme les plafonds peuvent s’émietter en quelques années!

Au fil des décennies, les techniques de construction se sont améliorées, mais une charpente en bois reste toujours aussi fragile face à des ennemis silencieux, minuscules et sacrément voraces. Les insectes xylophages sont de véritables terreurs qui agissent de façon totalement fourbe, et ce, pendant des années.

Entre leur état de larve qui dure plusieurs années et leur état d’insecte qui dure plusieurs semaines, les vrillettes, les capricornes et autres lyctus entament vos charpentes en profondeur…Il n’est donc pas étonnant que plus de 50 000 charpentes soient traitées chaque année au sein de l’hexagone!

Dans le cadre de ce guide, nous allons évoquer les insectes xylophages en détaillant leurs actions et leurs ravages. Également, nous vous présenterons les meilleurs traitements préventifs, mais aussi les traitements curatifs les plus efficaces. Bien sûr, nous vous indiquerons les prix moyens constatés et les déductions fiscales à votre disposition. Dans tous les cas, retenez déjà une chose : on ne peut pas s’improviser expert en charpente!

Qu'est-ce qu'un insecte xylophage ?

Dans un premier temps, il est nécessaire de décomposer le terme « xylophage ». Celui-ci est composé des sous-termes « bois » et « manger », ce qui caractérise des insectes, dont l’aliment principal n’est autre que le bois. Que ce soit à l’état de larve ou adulte, ces insectes souvent méconnus dévorent branches, troncs, racines…et charpentes!

Autant leur utilité écologique est indispensable à l’écosystème (destruction des arbres morts et amélioration de la qualité des sols par exemple), autant ils ne sont pas à leur place au sein de vos combles! Ces invertébrés apprécient par-dessus tout les environnements humides où ils peuvent proliférer bien trop rapidement!

Présentation des principaux insectes xylophages

Ces insectes particulièrement voraces ont donc la capacité de percer des trous et des tunnels au sein de vos charpentes, ce qui les fragilise grandement. Voici les principales terreurs de vos combles :

● Le capricorne : il s’agit de l’insecte xylophage le plus commun. Au-delà de sa faculté à creuser des galeries, les capricornes ont surtout une fâcheuse tendance à pondre des oeufs…beaucoup d’oeufs! Particulièrement discrets, les capricornes mesurent moins de 2,5 centimètres pendant les 3 années de leur état larvaire. Les trous « réalisés » par les capricornes sont faciles à détecter, car il s’agit de points de forme ovale (moins d’1 centimètre).

● La petite et la grande vrillette : autre insecte xylophage très connu des experts en charpente, la vrillette est reconnaissable par sa petite taille (moins de 11 millimètres à l’état de larve et moins de 7 millimètres à l’état d’insecte). L’inconvénient le plus important concernant la vrillette est sa durée de vie qui est de près de…10 ans! La vrillette est identifiable grâce à ses trous très particuliers, car ils sont de forme ronde et d’un diamètre de 3 millimètres. Nous insistons sur le fait que les vrillettes s’attaquent presqu’uniquement aux bois déjà fragilisés par l’humidité et les champignons.

● Le lyctus : moins connu, cet insecte xylophage est avant tout un grand amateur d’amidon qui n’est autre que le composant naturel du bois. Cette espèce de coléoptère apprécie particulièrement le chêne. Le lyctus mesure environ 5 millimètres et son cycle de vie est inférieur à 2 mois.

● L’hespérophane : il s’agit de l’insecte xylophage le plus grand puisqu’il mesure près de 3 centimètres. Facilement repérable grâce à sa forme cylindrique, l’hespérophane est de couleur rouge et ses mandibules disposent de puissantes stries.

● Les termites : particulièrement petites (moins de 3 millimètres à l’état de larve et moins de 7 millimètres à l’état d’insecte), elles dévorent toutes les essences de bois et sont particulièrement difficiles à détecter : elles ne laissent pas de trace!

Les dégâts causés par les insectes xylophages dans une maison

Techniquement, les dégâts causés par les insectes xylophages sont illimités. En effet, tant qu’il n’y a pas l’application d’un traitement adéquat, l’insecte va ronger tout le bois qu’il a « sous la dent ». Clairement, une charpente endommagée est un danger direct pour la sécurité des habitants, car les risques d’affaissements sont bien réels.

Graduellement, les insectes xylophages peuvent s’attaquer à vos meubles en bois, à vos cloisons et bien entendu à votre charpente. Ces « attaques » peuvent aller de la simple dégradation à la destruction TOTALE de la zone, voire de l’élément. Il n’est pas rare de voir des charpentes presque mises à nue par les stries des insectes xylophages. Inévitablement, les poutres sont fragilisées et l’impact devient visible, et ce, souvent bien trop tard…

En ce sens, nous vous recommandons de surveiller votre charpente 2 à 3 fois par an. En effet, plus vous aurez détecté le problème tôt, et plus, la solution appliquée par un professionnel sera efficace ET durable. Cette surveillance est à réaliser sous plusieurs formes : détection de zones humides, détection de champignons ou encore alignement bancal de vos tuiles. En guise de prévention, prenez toutes les dispositions pour ventiler vos combles afin que l’humidité ne s’y installe jamais (véritable catalyseur pour les insectes xylophages)!

Traitement préventif contre les insectes xylophages

Au-delà des quelques conseils évoqués juste au-dessus, il est vivement recommandé d’appliquer un traitement préventif. De nos jours, les traitements appliqués sont particulièrement respectueux de l’environnement, ce qui n’était pas le cas jusqu’à récemment (à base de produits pétroliers…). Il s’agit d’un réel plus dont voici les principaux traitements préventifs :

● Bain de solvant : ce traitement a une durée indicative de 30 ans, mais nous estimons qu’il s’agit plutôt de 15 ans (voire 10 ans). En effet, leur efficacité dans le temps a été mise en doute par de nombreux récents chantiers.

● Pulvérisation : il s’agit de l’application d’un mélange à base de fongicide et d’insecticide. Cette méthode est particulièrement efficace, car elle permet d’atteindre toutes les zones de votre charpente, dont celles qui sont les plus « cachées ». Bon à savoir : Afin que vous puissiez évaluer le sérieux des devis reçu, sachez qu’il faut compter en moyenne 10 litres de ce mélange par mètre carré.

● Injection : cette méthode est également efficace, mais plus onéreuse et plus adaptée aux maisons construites avant les années 70. La durée de ce traitement préventif est plus longue, car l’expert doit injecter un mélange directement dans la poutre, et non, au-dessus.

● Mise en place d’une triple barrière chimique : traitement adapté aux termites.

Pourquoi passer par un professionnel ?

En matière de charpente, il est clairement complexe et surtout risqué de réaliser les traitements par soi-même.

En effet, plusieurs points clés nécessitent une réelle expertise, et non, la lecture de quelques articles sur le sujet : diagnostic (type d’insecte, degré d’infection, zone exacte d’infection,…), mélange des produits chimiques et l’application en elle-même. Autant, il est possible de changer la roue de sa voiture sans passer par son garagiste, autant il est très difficile d’éradiquer une menace aussi invisible et sournoise!

Le professionnel du traitement de charpente dispose des outils, des machines, des mélanges et du savoir-faire nécessaire pour rapidement dresser un véritable état des lieux de la situation puis une stratégie claire.

Que faire si votre charpente a déjà été attaquée ? Traitement curatif

Si votre charpente est malheureusement déjà attaquée par des insectes xylophages, il faut alors se tourner vers des traitements dits curatifs. Dans l’immense majorité des cas, ce traitement est axé sur 6 étapes-clés indispensables :

● Sondage du bois : grâce à des outils spécifiques, le professionnel va pouvoir dresser un état très précis de votre charpente.

● Bûchage : cette étape a pour objectif de retirer le bois déjà entamé afin de n’exposer que le bois encore en bonne santé. Le bûchage permet notamment d’identifier les zones prioritaires et de faciliter la pénétration du mélange appliqué sur les zones-clés. Dans la plupart des cas, un « grattage » complet suffit.

● Brossage : cette action est complémentaire au bûchage, elle permet d’éradiquer les déchets créés par les insectes xylophages au sein des galeries creusées.

● Dépoussiérage : toutes les surfaces de la charpente sont nettoyées en profondeur pour améliorer l’efficacité du traitement curatif.

● Application du traitement en profondeur : selon la méthode la plus efficace, le professionnel de la charpente va apposer son mélange pour détruire tous les insectes et revitaliser le bois.

● Application en surface : cette dernière étape vise à rajouter une couche supplémentaire en surface pour éviter le retour des insectes qui viennent d’être éradiqués.

Quel est le prix d'un traitement de charpente ?

Le prix est toujours un élément complexe à évoquer, car tout va dépendre de la gravité de la situation et de la surface à traiter. À titre purement indicatif, voici les ordres de grandeur qui vont vous permettre de dresser un budget de cette dépense :

10€/m²
(à partir de)

● Traitement par pulvérisation : environ 10 euros le mètre carré

● Traitement par injection : environ 20 euros le mètre carré

● Sondage : environ 1 euro par millilitre injecté

● Diagnostic de départ : entre 100 et 150 euros

Dans tous les cas, rien ne vaut l’intervention et l’oeil aguerri d’un professionnel qui pourra ainsi dresser un devis complet et précis parfaitement adapté à la situation de votre charpente.

Déductions fiscales et aides

L’État est bien conscient que de tels travaux représentent un investissement de taille. Aussi, il en va de la pérennité de votre bien immobilier et donc de l’amélioration de votre confort comme de vos dépenses énergétiques. Comme dans le cadre de travaux d’isolation, ceux liés à la charpente sont concernés par des déductions fiscales et des aides. Voici ce qu’il faut savoir à ce sujet :

● Entre 15 et 23% de crédit d’impôt dont le plafond maximal est de 3 680 euros

● Possibilité de payer en plusieurs fois via un organisme financier sélectionné par l’État dans votre région

● Subvention de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) pouvant aller jusqu’à 35% du budget nécessaire

● Prime au titre de la rénovation énergétique

La meilleure solution est d’en échanger avec les professionnels de votre région lors de la demande de devis.

Recevez des devis gratuits pour le traitement de votre charpente

Afin de rapidement agir et éviter que les insectes xylophages ne dévorent votre charpente, la première étape est avant tout de réaliser des demandes de devis auprès de professionnels certifiés.

Veillez à rendre votre demande la plus claire possible afin que les devis ensuite reçus soient clairs et adaptés à votre besoin réel. En recevant plusieurs devis, vous pourrez mieux estimer le coût de tels travaux dans votre région, et, vous pourrez bien évidemment négocier avec les prestataires sélectionnés. Cette démarche est 100% gratuite et réalisable en moins de 120 secondes.

Ne laissez plus le champ libre aux insectes xylophages!


Voir aussi :
Capricorne des maisons
Termites
Vrillettes
● Revenir à la page traitement charpente