Traitement charpente : Guide complet

La maison dispose d’une enveloppe aussi fragile qu’indispensable. L’objectif de cette coquille est avant de protéger les habitants du froid, du vent, de la pluie ou encore du soleil. Qu’il s’agisse d’une construction ou d’une rénovation, l’isolation peut être active via les murs, le sol et bien entendu le toit. Concernant cette zone, elle est composée des combles, mais surtout d’une structure, à savoir la charpente. Son importance est essentielle pour assurer le confort et la sécurité des habitants.

Malgré les nombreuses innovations créées par l’homme depuis des siècles, il est encore difficile de disposer d’une charpente ayant une très longue durée de vie. Plus précisément, les charpentes en bois peuvent vieillir et doivent supporter le « poids » des années. Une peu comme nos os, il s’agit de l’entretenir et de la consolider pour que toute la structure (notre corps) puisse résister le plus longtemps possible. Concernant les charpentes en bois, les ennemis sont nombreux : capricorne, vrillettes, termites, insectes xylophages, mais aussi l’humidité…et le soleil! Cela explique notamment pourquoi plus de 50 000 charpentes sont entretenues chaque année à travers la France!

Face à une telle horde de dévoreurs de bois, il est INDISPENSABLE de traiter sa charpente. Au sein de ce guide complet, nous allons évoquer les différents types de charpentes, les matériaux les plus utilisés et les différents ennemis de cette belle matière qu’est le bois (dont les champignons). Dans un second temps, nous vous divulguerons toutes les solutions, à savoir les traitements, ainsi que les prix et de nombreux conseils astucieux.

Présentation des types de charpentes et matériaux utilisés

Si votre souhait est de prochainement construire une maison, ou de réaliser une rénovation profonde, vous allez rapidement devoir évoquer un sujet-clé : la charpente. Nous soulignons dès à présent le fait que cette partie de la maison est à « traiter » avec grand soin, car les dégâts liés peuvent être très importants, à savoir jusqu’à l’effondrement de la maison!

Dans les lignes ci-dessous, nous allons évoquer les différents types de charpentes :

  • Pac sol-sol
  • Charpente traditionnelle
  • charpente en lamelles

La charpente en lamelles dites « collées » : plutôt rare, ce type de charpente est composée d’éléments en bois qui sont collés et soutenus par des pièces métalliques. Cette charpente est idéale pour les maisons particulièrement grandes, à savoir comme celles que l’on peut trouver en campagne. Aussi, les architectes apprécient cette charpente, car elle offre une modularité sans égale (effet courbé).

Concernant les matériaux, voici les principaux :

 Le bois : sans surprise, le bois est le matériau le plus répandu. Celui-ci dispose de nombreux avantages de taille : robuste, solide, fortement isolant et peu cher. Clairement, ne tournons pas autour du pot : le bois est le meilleur matériau pour une charpente durable, et ce, malgré les petits insectes qui peuvent l’attaquer. À ce titre, le bois nécessite un entretien régulier et sérieux. Nous tenons à vous indiquer qu’il existe différents « bois », à savoir le chêne (le plus solide), l’épicéa (le plus « racé »), le pin (souvent en bordure de mer) ou encore le châtaignier.

 Le béton : aussi étonnant que cela puisse paraître, les charpentes peuvent aussi être constituées de béton. Son aspect est bien moins esthétique que le bois, mais sa résistance comme son faible coût sont des atouts. Précisons que le béton est un isolant correct, tant au niveau du bruit que de la chaleur ou du froid.

 Le métal : les charpentes en métal sont de plus en plus nombreuses, car elles sont particulièrement écologiques (succès lié à la dynamique du RGE). Soulignons que ce type de charpente est très populaire en Amérique du Nord, car elle est plus légère et tout aussi solide. Aussi, le métal est très résistant et son entretien est faible. Toutefois, le coût peut rapidement s’envoler!

Pourquoi traiter une charpente en bois ?

La charpente en bois demande une attention toute particulière, car cette matière est « vivante ». Contrairement au métal ou au béton, les insectes xylophages et les champignons peuvent s’y incruster en nombre. En matière de charpente en bois, l’objectif est simple et répond à l’adage suivant : mieux vaut prévenir que guérir! En ce sens, la charpente doit être maintenue dans un excellent état.

Le « préventif » règne, et ce, au niveau des traitements comme des bonnes pratiques des habitants. Toutes les sources générant de l’humidité doivent être éradiquées : papier entreposé, meubles, bibelots, infiltration, amas d’objets, etc…Dans le même temps, la structure doit être ventilée parfaitement pour que les zones humides ne s’installent pas. Autrement dit : l’humidité est un terreau très riche pour tous les insectes que nous allons citer plus bas.

Le « curatif » prend alors le relais via une entreprise de traitement compétente et professionnelle. Ces experts connaissent tous les rouages pour identifier la nature de l’ « attaque », la localisation des insectes et le degré de gravité (cela peut même aller jusqu’au « bûchage » de la zone infectée…). Soulignons que ces professionnels peuvent aussi agir à titre « préventif » en appliquant des traitements adaptés.

Insectes : vos principaux ennemis destructeurs du bois

Les ennemis du bois sont aussi appelés les insectes xylophages. Ces larves particulièrement petites ont la capacité insoupçonnée de percer des trous dans votre charpente. Afin de mieux les éradiquer, il est grand temps de vous les présenter :

● le capricorne des maisons : particulièrement répandu, le capricorne a une sacrée manie, à savoir pondre de nombreux oeufs dans le bois! Pendant les 36 mois de leur développement, ces larves mesurant moins d’un centimètre (puis 2,5 centimètres) vont creuser des tas de galeries dans votre charpente. Le capricorne a la particularité d’être peu détectable et de s’épanouir dans des zones chaudes. Quelques indices pour les repérer : les trous formés sont de forme ovale (moins de 9 millimètres), les galeries creusées ne sont que rarement sur les pièces visibles de la charpente et leurs déjections sont de couleur brune claire.

● l’hespérophane : de la même famille que le capricorne, l’hespérophane est plus grand (jusqu’à 3 centimètres) et de forme cylindrique. Sa couleur proche du rouge est très révélatrice et sa dure de vie est de 24 mois. Pour les repérer, sachez que leurs « galeries » sont ovales et que leurs pattes sont munies de stries (qui leur permettent de dévorer votre charpente…).

● La vrillette : véritable cauchemar des propriétaires, les vrillettes dévorent surtout les bois déjà « attaqués » par les champignons (= source d’humidité déjà présente). Bien plus petites que les capricornes (même les grandes vrillettes dont la taille n’excède pas 11 millimètres en tant que larve, et, 7 millimètres en tant qu’insecte), les vrillettes peuvent vivre…plus de 10 ans! Elles sont repérables via leurs tunnels circulaires d’un diamètre moyen de 3 millimètres.

● le lyctus : ce coléoptère est particulièrement friand de bois, car celui-ci est bourré d’amidon. Des bois comme le chêne et l’orme sont de véritables festins pour eux, sachez-le! D’une taille moyenne de 5 millimètres, le lyctus est de couleur brune, voire orange. Sa durée de vie n’est « que » de 6 semaines, mais son appétit est vorace!

Les champignons : l'autre ennemi du bois

Au-delà des insectes xylophages, les champignons sont également des terreurs pour vos charpentes. En plus de faire pourrir le bois, les champignons constituent des zones idéales pour les larves qui peuvent alors grignoter les charpentes sans effort. Concernant les champignons, leurs spores captent l’eau de l’air pour se développer. Cette humidité peut notamment être générée par des infiltrations, de la condensation ou encore une humidité qui remonte depuis les parties habitables (nous prenons toujours l’exemple du plafond des salles de bain dépourvues d’aération).

Dans le même contexte, le manque de ventilation, les températures élevées et bien entendu l’absence de traitement sont des paramètres qui facilitent le développement des champignons, et, in extenso, des larves xylophages. Soulignons que les champignons peuvent aussi « détruire » le bois via un mécanisme chimique invisible à l’oeil nu. Bon à savoir : lorsque les champignons sont visibles, cela signifie que votre charpente est dévorée depuis quelque temps déjà! Les champignons les plus répandus en France sont la mérule et le champignon des caves (qui peuvent se développer aussi sur les charpentes).

Les différents types de traitements de charpente

En matière de traitement de charpente, c’est à dire lorsque la structure est déjà touchée par les insectes xylophages ou les champignons, il existe 2 solutions :

● La pulvérisation d’un gel : moins onéreuse, cette technique permet de recouvrir directement la charpente avec un produit adapté qui va étouffer les insectes et les champignons.

● L’injection : cette solution est 2 fois plus chère et se révèle plus complexe, mais le résultat est plus probant. En effet, une solution est injectée en profondeur dans les zones touchées pour annihiler toutes formes de vie.

Il est important de souligner que chaque technique est adaptée à une situation précise. En effet, selon le diagnostic réalisé par l’expert, une solution adéquate sera adoptée. Il est parfois nécessaire de réaliser un bûchage de la charpente pour mieux analyser la situation. Il n’y a que cette expertise qui est capable de déterminer le traitement adapté.

Au-delà de ce scénario plutôt simple, il ne faut pas oublier que ces « ennemis » peuvent causer bien plus de dommages que ceux apparents. À ce titre, si le bois est très fortement affaibli, il est possible que certaines pièces nécessitent un remplacement pur et simple. Dans le même temps, un traitement « préventif » (suite au traitement curatif) peut être mis en place pour lutter contre l’humidité de la zone concernée afin que les mêmes maux ne réapparaissent pas.

Prix d'un traitement de charpente

10€/m²
(à partir de)

Concernant le prix, il est important de dissocier les 2 traitements cités plus haut. Alors que le traitement par pulvérisation coûte en moyenne 10 euros par mètre carré, celui par injection coûte environ 20 euros par mètre carré. Aussi, le diagnostic est un coût à prévoir qui va osciller entre 100 et 300 euros. Il ne s’agit là que de moyennes, et, ces tarifs peuvent diverger d’une région à une autre.

À quelle fréquence traiter sa charpente ?

Concernant la périodicité dudit traitement de sa charpente, nous vous conseillons de le réaliser tous les 10 ans à titre préventif. Cette période n’est valable que si aucun autre problème n’a été détecté entre-temps. Si cela est le cas, il est recommandé de réaliser un diagnostic précis de suivi tous les 5 ans. Bon à savoir : une intervention dure entre 1 et 5 jours.

Conseils pour l'entretien de votre charpente

En guise de bonnes pratiques préventives, voici ce qu’il faut savoir pour éviter la prolifération des champignons et des insectes xylophages :

Éviter toute fuite (pluie, plomberie défaillante) qui est une source inépuisable d’humidité, et donc, un terreau idéal pour les ennemis de votre charpente

● Ventiler les zones concernées, à savoir les combles en priorité. Ainsi, l’humidité n’aura pas le « temps » de se fixer!

● Opter pour une charpente DÉJÀ traitée contre les nuisibles, un réel plus pour éviter les mauvaises surprises lors d’une construction!

● Réaliser une application préventive tous les 10 ans (par un professionnel certifié)

● Prendre le temps d’observer sa charpente (tous les 6 mois). Quelques coups d’oeil seront toujours précieux pour identifier des zones humides. Cette observation est aussi extérieure : les déformations, les défauts de planéité et les alignements irréguliers des tuiles sont des indices-clés.

Recevez des devis gratuits pour le traitement de votre charpente

À ce niveau de ce guide complet relatif à la santé de votre charpente, vous en savez déjà bien plus! En matière d’entretien, la charpente n’est pas un élément que l’on peut entretenir soi-même. Il est nécessaire de disposer d’un important degré de connaissance pour analyser la situation, et surtout, appliquer une solution adéquate et efficace.

En ce sens, nous vous recommandons vivement de réaliser des demandes de devis afin d’obtenir une prestation complète au juste prix. Ces devis vous permettront de connaître le prix réel moyen du marché tout en identifiant les meilleurs artisans de votre région. En moins de 120 secondes, réalisez cette demande dès à présent pour que vos charpentes reprennent leur vigueur d’antan!


Voir aussi :
Les insectes xylophages