Vos solutions contre les ponts thermiques

La structure de la maison est une coquille qui doit protéger ses habitants du froid, de la chaleur ou encore du vent. Selon les matériaux utilisés, l’entretien de la maison, la date de construction ou encore le sérieux du chef de chantier, cette coquille peut se fendre à divers endroits. De facto, les failles peuvent se multiplier et réchauffer comme refroidir la maison. Le confort et le bien-être des habitants sont forcément impactés par ces soucis d’isolation.

Au sein de cet article, nous allons étudier de près le pire ennemi des experts de l’isolation : les ponts thermiques. Ces trous béants peuvent coûter très cher aux habitants, car les efforts thermiques nécessaires sont importants afin de conserver une température agréable (20 degrés en journée et 17/18 degrés pendant la nuit).

Nous allons, dans un premier temps, définir ce qu’est un « pont thermique » puis nous allons en analyser les conséquences. Dans un second temps, nous aborderons les solutions et les coûts liés. Les ponts thermiques sont des problèmes auxquels les experts de l’isolation ont des solutions radicales!

Les ponts thermiques, c'est quoi ?

Un pont thermique est relatif à la capacité de conduction d’un matériau composant un mur, un toit, un plancher ou encore des parois. Cette « conduction » peut faire transiter de l’air froid, mais aussi de l’air chaud. Inévitablement, la maison aura donc tendance à se réchauffer en été, et, à se refroidir en hiver ! Vous l’aurez compris, aussi technique soit-il, le terme « pont thermique » est utilisé dans le monde de l’isolation.

Pour bien comprendre la mécanique d’un pont thermique, il suffit d’une bougie et d’un câble métallique. Si vous maintenez le bout de ce câble au-dessus de la bougie, l’entièreté du câble deviendra très chaude puisqu’il est conducteur.

Cette « transition » de chaleur (ou de froideur) est exactement la même avec les matériaux qui composent votre mur. Autrement dit, la température extérieure va pénétrer dans vos pénates sans qu’aucune fenêtre ou porte ne soit ouverte.

Dans l’immense majorité des cas, les ponts thermiques sont dus à la discontinuité entre les matériaux et les parois du mur, du plancher, des parois ou encore (et surtout) du toit ! En ce sens, les jonctions entre les « faces » de la maison sont souvent concernées, il en est de même pour les percements (pourtour des fenêtres, pourtour des portes, etc…).

Conséquences des ponts thermiques

Afin de bien comprendre les conséquences liées aux ponts thermiques, il nous apparaît essentiel d’identifier les zones les plus touchées :

● Le toit regroupe 30% des ponts thermiques d’une maison
● Les murs causent 16% des ponts thermiques d’une maison
● Les sols rassemblent 16% des ponts thermiques d’une maison
● Les portes et les fenêtres sont la cause de 13% des ponts thermiques d’une maison
● Le renouvellement de l’air est responsable des ponts thermiques à hauteur de 20%

Sans surprise, et comme évoqué plus haut, les ponts thermiques seront vos ennemis en matière de confort, et ce, été comme hiver. Il est important de souligner que les ponts thermiques peuvent toucher TOUS les types de bâtiments (maison comme immeuble).

Concernant les impacts en eux-mêmes, ils dépendent des matériaux utilisés et de l’année de construction. Plus une maison est ancienne, et, plus elle sera soumise aux ponts thermiques. Typiquement, les maisons des années 50 et des années 60 sont de véritables passoires (à cause de la dalle en béton notamment).

Il en est de même pour les logements construits dans les années 70, car il « fallait » loger une main-d’oeuvre arrivant en masse pour « pas cher ». Clairement, l’isolation était donc une problématique secondaire!

Les conséquences d’une mauvaise isolation thermique sont de 2 natures :

  1. Le confort des habitants est clairement touché par les ponts thermiques. Les parois sont froides, les courants d’air sont nombreux, l’humidité règne en maître (à cause de la valeur générée) et la qualité de l’air est douteuse (à cause des moisissures et autres champignons).
  2. Les pertes énergétiques entraînent une surconsommation qui coûte…cher! Contrairement à une maison bien isolée, il faudra chauffer plus ou « refroidir » plus pour disposer d’une température agréable. Puisque le coût des énergies (fioul, électricité, gaz) n’est pas près de descendre, disposer d’une isolation de qualité est une problématique centrale!

Comment diagnostiquer la présence d'un pont thermique dans son habitation ?

Afin d’identifier la présence d’un ou plusieurs ponts thermiques, nous vous rappelons qu’il est pratiquement impossible de le faire à l’oeil nu.

Grâce à nos nombreuses années d’expérience, et malgré le fait que certains clients estimaient pouvoir le faire à l’oeil nu, nous pouvons vous garantir que vous ne pourrez en identifier que 10%! Certes, vous pourrez identifier certains ponts grâce à vos mains, mais rien de plus!

Clairement, il est ESSENTIEL de contacter un spécialiste capable de réaliser un bilan thermique complet et sérieux. L’avis d’un professionnel est indispensable pour identifier avec précision TOUS les ponts thermiques générant une déperdition coûteuse.

Grâce à un outil de thermographie, ce spécialiste saura « scanner » l’entièreté de votre domicile, et ce, du sol au grenier, sur toutes les parois et autour de tous les percements (fenêtres, portes, vérandas, etc…). In fine, ce spécialiste pourra imprimer une photographie infrarouge qui révélera tous les ponts thermiques. Cette étape est très importante pour appliquer les solutions adéquates.

Encore plus que dans d’autres domaines (pour sa voiture, pour certains aménagements, etc…), consulter un professionnel est obligatoire. Imaginez-vous bidouiller votre moteur, car vous entendez un bruit? Le principe est le même pour l’isolation de votre maison, et donc, votre confort.

Quels sont les ponts thermiques les plus courants ?

Selon les constructions, les matériaux et le professionnalisme du chef de chantier, il peut techniquement exister une farandole de ponts thermiques différents. Nous avons préféré nous intéresser aux 3 ponts thermiques les plus courants :

● Interruption de l’isolation : Concrètement, des pans entiers censés isoler la maison sont mal assemblés OU de mauvaise qualité. Typiquement, il peut s’agir d’un morceau de mortier ou de béton qui va créer une discontinuité entre les « plaques d’isolation ».

● Absence d’isolation : Cela est notamment le cas des maisons construites dans les années 50, 60 et 70. Des pans entiers sont manquants, et cela est fréquemment le cas autour de fenêtres et des portes. En ce sens, il s’agit de trous béants laissant passer la chaleur et le froid.

●Menuiseries d’un autre temps : Les anciens modèles de menuiseries sont de véritables passoires. Elles ne sont aucunement résistantes au froid comme au chaud.

Les solutions pour éliminer les ponts thermiques

Afin de mieux isoler son domicile et suite aux conclusions du bilan thermique, 2 solutions sont généralement proposées par les experts en isolation. Voici leurs avantages et leurs inconvénients :

  • Isolation par l'intérieur
  • isolation par l'extérieur

Cette technique a pour objectif d’isoler la maison en appliquant sur sur-couche sur les zones concernées depuis l’extérieur. Tout comme l’isolation par l’intérieur, les performances énergétiques sont largement améliorées. Aussi, les habitants peuvent résider chez eux pendant les travaux. Soulignons que ces travaux peuvent être accompagnés d’un ravalement de façade, ce qui donnera plus de cachet à votre maison.

Concernant les inconvénients, nous attirons votre attention sur le fait que cette technique va augmenter le coefficient d’occupation des sols. Autrement dit, l’aspect global sera modifié (au niveau des fenêtres et des portes principalement) et il faudra revoir le système d’écoulement des eaux de pluie. Soulignons également que cette méthode ne va pas résoudre les soucis de ponts thermiques entre les combles et la façade. Enfin, la luminosité sera réduite et il faudra bien vérifier les règles d’urbanisme (car modification de l’aspect de la maison).

À ce titre, il vous faudra pondérer 3 types de paramètres pour prendre votre décision : l’esthétique (intérieure ou extérieure), l’efficacité isolante réelle et la facilité de pose. Bon à savoir (à titre indicatif - chaque projet est différent) : le coût du mètre carré est situé entre 50 et 90 euros par mètre carré dans le cadre d’une isolation par l’intérieur, et, entre 100 et 180 euros par mètre carré dans le cadre d’une isolation par l’extérieur.

Notre avis

À présent, vous disposez de toutes les données essentielles concernant les ponts thermiques et les 2 meilleures solutions pour y remédier. Chaque maison dispose de ses propres paramètres (année de construction, matériaux utilisés, qualité des finitions, etc…) et il nous semble indispensable d’opter pour l’appui d’un professionnel certifié.

Celui-ci sera capable, grâce à ses outils perfectionnés, de dresser un constat très précis concernant l’isolation de votre maison tout en vous proposant LA solution la plus adaptée. À ce titre, nous vous recommandons de demander plusieurs devis en ligne afin de pouvoir choisir plus sereinement la meilleure option possible.


Voir aussi :
Bilan thermique
Isolation par l'intérieur
Isolation par l'extérieur
Isolation des combles
VMC (ventilation mécanique contrôlée)