Isolation des combles : Près de 30% d'économie

La somme dépensée chaque année par chaque foyer en matière d’énergie (électricité, gaz, fioul, essence) est de 2 300 euros. Ce montant est loin d’être anecdotique puisqu’il représente près de 8% du budget annuel du foyer. À ce titre, il est recommandé de mettre toutes les chances de son côté afin de réduire cette « facture ».

Au-delà des tarifications des opérateurs qui peuvent varier (et souvent augmenter…), il est essentiel d’isoler sa maison. Autrement dit, il est préconisé d’identifier les carences de la « coquille » (représentée par la maison) afin de trouver une solution pérenne et adéquate.

Les zones les plus propices à « laisser passer » le froid comme le chaud de l’extérieur vers l’intérieur sont le toit, les murs, les parois, le sol et bien évidemment les combles. Pour diverses raisons (matériaux utilisés, année de construction, professionnalisme du bâtisseur, etc…), des ponts thermiques peuvent perturber le confort des habitants. En plus des désagréables courants d’air, il peut aussi s’agir de moisissures liées à l’humidité.

Au sein de ce guide complet, nous ferons le point sur toutes les données essentielles liées à l’isolation des combles. Il ne s’agit pas de la technique la plus connue, et pourtant, il s’agit d’un excellent moyen d’isoler sa maison tout en profitant d’une nouvelle pièce (aménagement des combles).

Nous disséminerons ce guide de nombreux conseils relatifs aux isolants, aux combles perdus, aux combles aménagés, aux traits en vigueur et aux aides mises à votre disposition.

Pourquoi isoler ses combles ?

En premier lieu, il nous semble indispensable que vous gardiez en tête le chiffre suivant : 30% des déperditions d’une maison se réalisent par le toit. Autrement dit, isoler son toit est une clé pour facilement améliorer le confort de toute la famille! De facto, il n’est pas étonnant que des combles bien isolés entraînent plus de 30% d’économies d’énergie.

Au-delà de cet argument chiffré, le fait d’isoler ses combles permet de conserver la chaleur (produite par les radiateurs, les poêles, la cheminée, etc..) pendant la période hivernale, et, de conserver la fraîcheur (produite par la climatisation, la pompe à chaleur réversible, etc…) pendant la période estivale.

Sans une isolation de qualité, les parois situées à proximité du toit seront au contact du froid (ou du chaud) qu’elles vont « inviter » dans la maison. L’objectif central est de pouvoir conserver la température intérieure idéale sans sur-chauffer (ou inversement).

L’impact est donc également environnemental puisque vous chauffez uniquement en consommant avec justesse. Nous y reviendrons dans un autre article, mais l’isolation générale doit toujours être accompagnée par une ventilation performante (voir notre article sur la VMC).

In fine, cela permet d’améliorer significativement la performance énergétique globale de la maison. Le confort est réel et durable, un véritable plus pour le bien-être de toute la famille. Soulignons qu’une isolation des combles de qualité permet en moyenne d’économiser plus de 450 euros par an!

Combles aménagés et combles perdus

En matière d’isolation des combles, il est prépondérant de différencier (d’un point de vue sémantique comme d’un point de vie technique) les combles aménagés et les combles perdus.

Le comble perdu est une zone, souvent grande, se trouvant entre le toit et le plafond de la pièce la plus haute. Le qualificatif « perdu » est relatif au fait que cette zone n’est pas habitable OU pas aménagée.

À ce titre, le comble aménagé n’est autre qu’une pièce en plus au sein du logement. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une salle de jeu pour les enfants, d’une petite chambre, d’un bureau ou encore d’un débarras. Précisons que la pente du toit doit être supérieure à 30° et que la hauteur sous plafond doit être au minimum de 1,80 mètre. Dans tout autre cas, il s’agit d’un comble « perdu ».

Les différentes solutions pour l'isolation des combles

Afin de mieux visualiser les techniques liées à l’isolation des combles, il est avant tout primordial de connaître les matériaux utilisés. Voici la liste des meilleurs isolants pour disposer de combles parfaitement hermétiques :

1 - La laine de roche : cette matière est idéale pour une isolation thermique, mais aussi phonique. Elle a également la capacité de résister au feu et à l’eau. Si vos poutres sont attaquées par des termites, la laine de roche est particulièrement résistante à ces blattoptères.

2 - La ouate de cellulose : cette matière est idéale pour isoler de façon écologique. En plus d’avoir un excellent rapport qualité-prix, la ouate de cellulose ne se tasse pas (= pas de réduction de performance à travers les années) et elle a une très longue durée de vie (jusqu’à 70 ans). Ses performances sont si élevées qu’il suffit d’une épaisseur de 28 centimètres pour isoler parfaitement vos combles. Enfin, soulignons sa qualité de déphasage thermique qui lui permet d’avoir une résistance au-dessus de la moyenne. La ouate de cellulose est aussi résistante au feu, à l’humidité, aux rongeurs, au bruit (excellent isolant phonique) et aux moisissures.

3 - La laine de mouton, la laine de chanvre, le livre expansé : comme la ouate de cellulose, ces matières sont parfaitement naturelles. Elles disposent d’une excellente capacité d’isolation, mais l’importante épaisseur nécessaire ne convient pas à toutes les maisons. Dans le cas où l’une de ces matières correspond à votre projet, n’hésitez pas une seule seconde!

4 - Les isolants minces : voir notre paragraphe dédié à cet isolant permettant de gagner de la place, et donc, de la surface habitable (dans le cas d’un comble aménagé ou aménageable)

Concernant les techniques relatives à l’isolation des combles, deux dentre elles sont les plus utilisées :

● Isolation des combles (perdus) par soufflage : cette technique, aussi appelée par insufflation mécanique, est particulièrement efficace et rapide. Elle s’adapte à tous les volumes, car il suffit de « distribuer » l’isolant à l’aide d’un tuyau spécifique. Cela permet de mieux répartir l’isolant sur l’entièreté de la surface. Un réel plus pour ne pas laisser 1 centimètre carré aux ponts thermiques!

● Isolation des combles aménagés « sous rampants » : cette technique permet d’optimiser l’espace habitable tout en isolant la pièce aménagée. Elle offre un confort optimal, car les matériaux d’isolation sélectionnés sont placés au-dessus du plafond et sur les parois, et non, sous un faux-plafond à rajouter.

Simple ou double couche : que choisir?

Cette problématique est centrale dans le cadre d’une isolation des combles de qualité. Il s’agit d’une question à poser aux prestataires suite à leur envoi d’un devis complet. Dès à présent, soulignons que ce choix est intimement lié à la configuration des parois et aux performances souhaitées. Qu’il s’agisse d’une ou deux couches, l’objectif reste le même, à savoir résister d’un point de vue thermique aux attaques du froid et du chaud.

Concernant la double couche, celle-ci permet de préserver la surface habitable. Il s’agit de la technique la plus populaire concernant les combles habitables ou aménagés. Le succès de la double couche réside dans le fait qu’une couche va isoler alors que l’autre va limiter l’étanchéité, et donc, les ponts thermiques.

D’un point de vue visuel, il s’agit de 2 couches qui sont intercalées et maintenues avec une ossature métal-plâtre. Soulignons qu’un pare-vapeur est un plus pour optimiser le rendement de cette technique. Les matériaux les plus performants sont les laines naturelles (verre, roche, coton, végétale, etc…) dont la ouate de cellulose.

Concernant l’isolation des combles via une couche simple, il s’agit de la technique la plus rapide à mettre en place (avec un pare-vapeur). Clairement, il faut opter pour cette technique si vos combles sont présents dans une charpente traditionnelle.

Bien entendu, si vous optez pour une seule couche, il faut ABSOLUMENT que l’isolant soit très qualitatif, car son épaisseur est plutôt mince (moins de 10 centimètres). Soulignons que cette technique mono-couche se réalise avec des matériaux discontinus, à ce titre, les ponts thermiques ne sont pas évités dans leur intégralité.

Attention aux isolants minces

Lors des 10 dernières années, de nouveaux isolants ont fait leur apparition. Parmi eux, les isolants minces ont connu un important succès, car ils permettent de bien isoler tout en occupant un minimum de place. À titre indicatif, leur épaisseur va de 5 à 35 millimètres, nous sommes donc loin des matériaux nécessitant plus de 10 centimètres d’épaisseur !

De plus, les matériaux qui composent ces isolants minces sont variés (ce qui leur permet de s’adapter à presque toutes les situations) : ouate, mousse, polyéthylène ou encore support « aluminé ».

Toutefois, nous préférons vous indiquer que les performances thermiques des isolants minces sont particulièrement MAUVAISES! En effet, il ne s’agit pas d’un isolant pouvant opérer seul, mais bien d’un COMPLÉMENT ! Avec des performances moyennes de 1,7 m2 KW, l’isolant mince est très loin des résultats obtenus par les isolants classiques.

En résumé, sa faible épaisseur, sa légèreté, sa résistance aux rongeurs, sa simplicité de pose, son excellente étanchéité et l’absence de nécessiter un pare-vapeur sont de sérieux plus. Toutefois, son prix (plus de 12 euros le mètre carré), sa mauvaise isolation phonique, son bilan « Énergie Grise » médiocre et ses performances thermiques en font un complément, mais certainement pas une barrière infranchissable…

Tarif d'une isolation des combles

Indiquer une tarification est toujours une opération délicate, car chaque chantier est unique. Toutefois, voici quelques exemples pour vous permettre de mieux identifier le coût lié. Nous précisons qu’il faut appréhender une telle dépense comme un investissement puisque les économies réalisées, dès la fin des travaux, sont significatives!

  • exemple 1
  • exemple 2
  • exemple 3

Isolation de combles aménagés

l faut compter 10 euros de matériaux hors taxes par mètre carré (ici, de la laine de chanvre) plus la main-d’oeuvre (entre 30 et 40 euros par mètre carré - coût varie selon le type d’isolant et l’épaisseur). À titre indicatif, la facture totale sera donc située entre 2 000 et 2 500 euros pour une surface de 50 m2.

Ne perdons pas de vue que les économies réalisées sont en moyenne de 450 euros par an. Un tel investissement peut donc être rentabilisé entre 3 et 12 ans (sans les aides potentielles).

Aides et subventions pour vos travaux

La France est l’un des pays précurseurs en matière d’aides et de subventions liées aux travaux d’isolation. Voici les principales d’entre elles :

● Aides proposées par l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) : il y a des aides pour les foyers aux revenus très modestes (prise en charge de 50% du montant des travaux) et pour les revenus modestes (prise en charge de 30% du montant des travaux).

● Aides de l’ADEME : elles sont dédiées aux copropriétés (prise en charge du bilan thermique notamment).

● Aide des CEE : Il s’agit d’une aide proposée par les entreprises. Il s’agit d’un potentiel bilan thermique gratuit et de primes comme de prêts.

● Aides des collectivités territoriales : dans ce cas, ce sont les départements et les régions qui gèrent ces subventions (dont l’ADIL, l’ANIL, etc…).

● Eco-prêt à taux 0

Concrètement, certaines aides sont cumulables et vous pourriez vous retrouver dans la situation suivante :

Investissement lié à l’isolation de vos combles : 3 000 euros
- Aide des CEE : -342 euros
- Aide des collectivités territoriales : -480 euros
- Crédit d’impôt de l’ANAH : -900 euros

Coût réel de votre investissement : 1 278 euros

Conseils pour le choix d'un professionnel

Au-delà des caractéristiques techniques liées à votre projet d’isoler vos combles, il est essentiel de ne pas perdre de vue la donnée « humaine ». À ce titre, voici quelques conseils pour vous aider à choisir le professionnel de l’isolation le plus adapté :

● Prenez le temps de dénicher quelques informations sur son professionnalisme (internet regorge d’avis émanant des clients)
● Assurez-vous qu’il est enregistré au Répertoire des Métiers. En l’absence de ce numéro, il pourrait s’agir d’une activité complémentaire, et non, de son activité principale
● Assurez-vous qu’il dispose de toutes les assurances nécessaires sont la l’assurance décennale et l’assurance Responsabilité Civile
● La certification RGE n’est pas obligatoire (garante d’un travail qui protège l’environnement), mais il s’agit d’un réel plus si vous hésitez entre plusieurs prestataires
● Nous vous recommandons d’utiliser une plateforme de demandes de devis afin d’obtenir au moins 3 propositions chiffrées. Il vous suffit pour cela d’indiquer les données-clés liées à votre souhait d’isoler vos combles (surfaces, matériaux, délais, etc…) afin de recevoir des offres sérieuses en moins de 48 heures.


Voir aussi :
Bilan thermique
Isolation par l'intérieur
Isolation par l'extérieur
Ponts thermiques
VMC (ventilation mécanique contrôlée)